︎ retour à l’accueil



DÉBRIS DÉBRIS



En 2001, à Toulouse, dans le Sud-Ouest de la France, à une trentaine de kilomètres du petit village rural dans lequel vit Thomas Cíerra, l’usine chimique AZF explose. Son père y travaille. Celui-ci s’en sort, rescapé, mais ne retravaillera plus jamais, par choix.

En quoi l’évènement est-il un lieu de luttes, personnelles et politiques ?

Thomas Cíerra utilise son corps comme ressource, sujet/objet, comme écran.

Dansant, assis, derrière un micro, avec et sans mots, il compose une partition chorégraphiée de tableaux et de postures malhabiles, qui puise dans le réel et les souvenirs, des données disparates, précaires et décalées de la vie documentée d’avant l’explosion et de celle d’après.

Influencé par des sources esthétiques et artistiques diverses : musique, culture pop, art post-internet, hip-hop, Thomas Cíerra interroge, à l’endroit d’une pensée en mouvement et en gestes, le rapport intime à l’« habitus », traversé ici par une catastrophe industrielle rocambolesque, dont l’actualité est toujours à l’oeuvre, par son procès, qui reste en cours, dix-neuf-ans après.

Débris Débris est un fracas,

une performance qui tient d’abord sur quelques souvenirs délavés, sensibles drôles, pathétiques, instables sans doutes mais toujours agissants, et finit par déborder de toute part.



création saison 2021/2022

avec le soutien
de la Ménagerie de Verre, Paris, dans le cadre du dispositif Studiolab,
du T2G — Théâtre de Gennevilliers, centre dramatique national,
du Volapük, Tours, espace intermédiaire de création et de réflexion ouvert aux artistes, dédié aux écritures contemporaines

avec l’accompagnement de
AD LIB Diffusion, Bruxelles, dans le cadre de la résidence à la Villa Libitum

création / production Variations du réel

de et avec Thomas Cíerra
aide à la dramaturgie Léa Tarral
chorégraphies (en cours)
scénographie Marine Brosse
accompagnement à la création Pia de La Varende
collaboratrice Judith Longuet-Marx
commande photographique Marine Peixoto

(constitution d’équipe en cours)

remerciements à
Anne Lefèvre du Théâtre Le Vent des signes, scène conventionnée, Toulouse
et à Dominique Gilliot















︎ retour à l’accueil