︎ retour à l’accueil



CORRESPONDANCE AVEC VALÉRIE MRÉJEN



Carte postale écrite le 25 mars 2019
envoyée dans une enveloppe vergée G.Lalo Herbin, Paris, de couleur invoire, postée le 27 mars 2019, à Gennevilliers.


Paris, le 25 mars 2019
Chère Valérie,
La première fois que nous nous sommes rencontrés, tu me parlais de cartes postales anciennes, tu préparais une expo “Lettres d’un inconnu”, je crois — la première fois que nous nous sommes rencontrés, c’était ici, au dos de cette carte, dans ce bâtiment qui est aujourd’hui un théâtre, tu parlais de correspondance et j’ai souhaité correspondre. Ce n’est pas un hasard, je crois, si j’ai trouvé cette carte postale ancienne de l’endroit où nous nous sommes rencontrés pour la première fois. Tout le monde sait bien que le hasard n’existe pas. Pour reprendre les mots qui présentaient ton spectacle “dialogique” avec Dominique, à la Ménagerie, je “cherche la poésie de tout cela”. Je te proposes donc d’inaugurer avec cette carte, une correspondance imprévue. La règle est simple : il te suffit de répondre à cette carte par une autre carte, d’un lieu où tu es passée et de me l’envoyer, qu’importe la date ni le moment. Peut-être qu’on se dira des choses pas prévues, qu’il y aura de la douceur, des souvenirs, des sentiments, de la vie réelle. Ou bien tout sera inventé. Tout reste à inventer. Je t’embrasse et attends de tes nouvelles.
J’espère que tu vas bien.
PS : comment vas Adèle ?
PS 2 : quel(s) souvenir(s) gardes-tu de Gennevilliers ?
PS 3 : tu as toujours ces cartes de jeu de bingo mexicain ?
Thomas



en cours